La cellule

La biologie est la SCIENCE DE LA VIE, c’est-à-dire de tous les êtres vivants, des bactéries jusqu’à l’homme en passant par les plantes. Ce terme a été inventé par Lamarck en 1802.

La vie repose tout entière sur la CELLULE, unité formelle de base de la matière vivante, et son organisation en tissus, puis en organes pour constituer notre organisme. L’étude de la cellule est donc au coeur de la naturopathie. La cellule, unité de vie est un monde en perpétuel remaniement qui fonctionne avec une intelligence, une organisation et un souci d’économie étonnants!

Tous les êtres vivants sont constitués de cellules dont le modèle de base est formé:

1 D’une membrane qui donne sa forme à la cellule et sert de limite avec l’extérieur (fait office de frontière) tout en faisant le lien avec lui (par des échanges moléculaires sélectifs).

2 D’un cytoplasme, une solution aqueuse concentrée de substances chimiques à l’in-térieur de la cellule. C’est en quelque sorte son milieu intérieur.

3 D’organites cellulaires qui permettent les fonctions de la cellule.

4 D’un cytosquelette qui détermine sa structure et se densité interne.

5 D’un noyau au centre de la cellule qui en est le cerveau…

La vie cellulaire

La vie c’est de l’énergie, et la cellule l’intègre sous trois formes différentes et indissociables. A savoir, l’énergie: électromagnétique en rapport avec le noyau, électrique en rapport avec la membrane (différence de potentiel), et biochimique liée avec le fonctionnement concret des organites.

Le Dr Catherine Kousmine nous donne cette belle image de la cellule: « La cellule peut être considérée comme une société, un état, avec un pouvoir législatif, le noyau; un pouvoir exécutif, les microsomes ou ribosomes; une frontière, la membrane cellulaire pourvue de douaniers, les prostaglandines. » (P116, Sauvez votre corps – Collection J’ai lu).

Le corps humain compte environ 1oo quatrillions (1oo millions de milliards !!!) de cellules qui ont beaucoup de points communs et… de différences. Tous les grands groupes cellulaires sont différents!

En fait c’est cette différence qui permet la structure, l’organisation et le fonctionnement de l’organisme. Aucune cellule ne peut exister de manière isolée; elles font partie d’un tout.

La vie cellulaire est un monde complexe et extrêmement intelligent ou tout s’ordonne selon un plan harmonieux voulu par l’intelligence vitale. Elle exprime l’unité profonde de la création (qui dépasse l’entendement humain).

La cellule se comporte à l’image de l’homme: elle mange, respire, élimine ses déchets, bouge, entre en contact avec les autres cellules, se reproduit, fait preuve de sensibilité (tactisme) et finit par mourir. Avec son cerveau situé dans le noyau elle commande et ordonne ses différentes fonctions.

LES COMPARTIMENTS CELLULAIRES


Contrairement à une bactérie, une cellule eucaryote est subdivisée en compartiments ou organites limités par une membrane et ayant un fonctionnement distinct. On va étudier ce qui se produit dans chacun et comment les molécules circulent entre eux. Particulièrement, les protéines d’une cellule étant très nombreuses (dix milliards) et jouent un rôle essentiel, on peut suivre le devenir d’une de ces molécules et visiter la cellule.


LES DIFFERENTS COMPARTIMENTS


Tous sont limités par une membrane et chacun possède des enzymes propres à sa fonction. Beaucoup de processus vitaux ont lieu à la surface ou à l’intérieur des membranes.

LE NOYAU : (voir aussi chapitre « le noyau ») Entouré d’une double membrane, il contient le génome ou ensemble des informations génétiques de la cellule et de l’individu (sauf le génome des mitochondries). Il est le principal lieu de synthèse de l’ADN et de PAR_N.

LE CYTOPLASME : Il entoure le noyau. Il se présente sous la forme d’un gel visqueux contenant environ 70 à 90% d’eau, des glucides, des lipides et des protéines. Son pH est quasiment neutre. C’est l’endroit ou se s’effectue – La synthèse des protéines (voir chapitre « synthèse des protéines »). – Le stockage intracellulaire de graisses et de sucres (sous forme de glycogène) par de nombreux enzymes. – La plus grande partie du métabolisme intermédiaire : synthèse d’ATP à partir de la dégradation de petites molécules et synthèse des précurseurs de certaines macromolécules. Le cytoplasme est parcouru par le cytosquelette qui donne sa forme à la cellule. Un sous chapitre lui est consacré.

LE RETICULUM ENDOPLASMIQUE : Il se présente sous la forme d’un réseau de tubules (réticulum = réseau) et de sacs membraneux appelés citernes. Sa membrane occupe une place très importante dans le cytosol (plus de la moitié des membranes cellulaires) et se trouve en continuité avec la membrane nucléaire (autour du noyau). On trouve deux formes de réticulum à l’intérieur du cytoplasme :

– Le réticulum endoplasmique lisse.

– Le tissu endoplasmique rugueux.

Le réticulum endoplasmique rugueux (RER) doit son nom aux multiples ribosomes qui le parsèment à la surface et lui donne son aspect granulaire.

Ce sont ces derniers qui lui confèrent son activité de synthèse des protéines sécrétoires, lysosomales et celles des membranes biologiques. Les ribosomes libres (dans le cytosol) synthétisent les protéines du cytosque-lette, des ribosomes, des enzymes du métabolisme, de la membrane nucléaire et de nombreuses autres protéines.

Le réticulum endoplasmique lisse joue un rôle important dans certaines cellules spécialisées : synthèse des lipides, des stéroïdes, des glucides et dans les enzymes de la détoxication hépatique (médicaments, poisons…).

L’APPAREIL DE GOLGI : C’est un empilement de compartiments en forme de disques : les saccules de Golgi. Il présente une polarité, chaque empilement possédant une face cis et une face trans. La première, riche en protéines et pauvre en cholestérol est convexe et proche du réticulum endoplasmique d’où elle reçoit les vésicules de transition. Il précipite les métaux lourds. La seconde, concave, donne naissance à des vésicules de sécrétion destinées à être expédiées aux autres organites en fonction de leur besoin. Il reçoit donc les protéines et les lipides du RER et les redistribue à l’intérieur de la cellule. Entre les deux, les protéines et les lipides subissent des transformations en fonction du lieu d’expédition. Le renouvellement des membranes de l’appareil de Golgi s’effectue dans le RER. Enfin il fabrique directement de nombreux polysaccharides dont le fameux acide hyaluronique du tissu conjonctif. « Il constitue la plaque tournante du métabolisme cellulaire et du trafic membranaire. » (Biologie de la cellule — M.A. Fain-Maurel — Chez Bréal). Vous trouverez sur la feuille ci-jointe un schéma sur les ribosomes.

LES MITOCHONDRIES : (Voir ci-après au sous chapitre sur les mitochondries) Ce sont les centrales énergétiques de la cellule. Ces organites forment la plus grande partie de l’ATP, molécule ‘riche en énergie’ nécessaire dans toutes les réactions biosynthétiques qui nécessitent de l’énergie. Le chloroplaste des végétaux forme aussi de l’ATP.

LES LYSOSOMES : Ils se présentent comme une collection d’organites distincts se présentant sous forme de sacs membraneux et dont la caractéristique commune est de digérer les produits digérés par la cellule : Les protéines, les acides nucléiques, les sucres et les graisses grâce à des enzymes hydrolytiques. On appelle ce mécanisme : l’hétérophagie. Les lysosomes constituent donc l’appareil digestif de la cellule.
Ils possèdent d’autres fonctions :

– Autophagie : Destruction et recyclage d’organites usés, etc. ce qui permet le renouvellement de la cellule.

– Crinophagie : Régulation de l’activité hormonale.

– Elimination des cellules âgées.

– Récupération de petites molécules utilisables pour le métabolisme.

– Dans de nombreux processus sécrétoires. – Dans la fécondation.

LES PEROXYSOMES : Ce sont de petits compartiments (vésicules) contenant des enzymes (surtout des catalases) pour des réactions oxydatives. Ils interviennent dans l’utilisation de l’oxygène moléculaire en engendrant un radical libre : le peroxyde d’hydrogène (FI202) utilisé par les catalases pour oxyder de nombreux substrats (dont l’alcool). Il a donc un rôle important dans la détoxication.

Conclusion

La santé ce n’est pas compliqué. Contrairement à ce que beaucoup peuvent vous faire croire. Il n’y a pas besoin de rentrer dans le détail, on s’y perd en fait. Cela dépasse de très loin notre compréhension.

En revanche il est facile, presque enfantin de comprendre le fonctionnement global du corps, ses besoins vitaux. Ils sont simples comme bonjour.

Pas besoin de faire 10 ans d’études en médecine spécialisée pour comprendre comment fonctionne un organe. Répondez à ses besoins de base et il fonctionnera parfaitement, sans même comprendre comment ni pourquoi.

La vie est en vous. La vie aime la vie. La vie tend vers la vie.

Prenez soin de chacune de vos cellules, peu importe de quel système ou organe du corps elle appartient, en répondant à ses besoins fondamentaux :

  1. de l’air pur (respirez, bougez)
  2. de l’eau de qualité (celle d’aliments sains d’abord et surtout)
  3. des nutriments adaptés (aliments naturels)
  4. expulser ses déchets dans un milieu intérieur propre (éliminer ses toxines et toxiques au jour le jour)

Si vos cellules se portent bien, vous vous portez bien. L’inverse est tout autant vrai !

Alors focalisez votre attention sur les 4 points que je viens d’évoquer, et vous allez carburer fort et pour longtemps.

santenaturellement vôtre.

Alessandro

Tenez-vous au courant de mes derniers articles

* indicates required