LE REGIME DANS LES RHUMATISMES

Les causes des différentes formes de rhumatismes sont nombreuses. Elles dépendent :

• DE L’USURE

• DES CARENCES CALCIQUES

• DE L’EXCES DE PURINES

• DES TOXINES

• DE L’ACIDITE

• DES MOLECULES ANORMALES

• DES ALLERGENES

• DE L’IMMUNODEPRESSION

Ces huit grandes causes sont à l’origine des régimes spécifiques. On notera tout de suite, que la diététique joue un rôle essentiel dans la prévention et les soins à donner dans l’ensemble des rhumatismes.

L’usure : On peut tout au plus la ralentir :

1°) par un régime riche en minéraux (presque tous), en calcium en silicium (surtout) et en vitamine C qui permettent la construction de l’os et des articulations.

2°) par un régime hypotoxique qui les préservera de l’exercice violent et répété.

Les carences calciques :

Elles sont la conséquence d’une mauvaise alimentation durant la période de construction, la conséquence d’une déminéralisation générale par carence ou toxémie ou enfin une compensation face à une acidité générale. Le régime devra être riche en minéraux d’une manière générale, et en calcium et en silicium de manière plus spécifique.

L’excès de purines

Les purines contenues dans les acides aminés (protéines) engendrent les urates et les cristaux qui se déposent dans les tissus conjonctifs et les articulations. Ils engendrent les rhumatismes, la goutte et l’hyperuricémie avec ses calculs rénaux.

Le régime consiste à diminuer sa ration de protéines, donc de viande cuite prise en excès la plupart du temps, la viande crue ne posant pas tous ces problèmes. Les acides glutamiques et aspartiques, la sérine et le glycocolle participent à la synthèse endogène des purines. Ces deux derniers sont les plus dangereux car c’est eux qui en contiennent le plus. On les trouve dans la tête de veau, le pied de porc et la galantine pour le premier, dans la gélatine et les tripes pour le second.

Certains aliments peuvent déclencher la crise de goutte. Ce sont l’alcool qui augmente l’uricémie et l’uraturie, les corps gras « diminuent la clairance de l’acide urique, favorisant l’élévation de l’uricémie » (A.F. Creff) et le chocolat et les champignons qui agissent selon un mécanisme que l’on ne connaît pas encore.

Les toxines : Elles sont issues d’une flore intestinale déséquilibrée, devenue pathogène. Les toxines diffusent alors dans la paroi devenue poreuse ou reflue dans le grêle – et dans les deux cas – se propagent dans tout l’organisme, y compris les articulations provoquant des inflammations et des détériorations. Un régime riche en fruits et légumes (donc en fibres) régularisera les intestins. On y rajoutera des probiotiques pour apporter des bactéries amies.

L’acidité : L’acidité intervient de plusieurs manières dans l’organisme. Elle affaiblit l’énergie, empêche la fixation du calcium et la formation des prostaglandines de paix, elle génère une perte importante de calcium pour tamponner les manques et agresse directement les tissus. Dans un terrain acide, les tissus sont en permanence en contact avec ces acides qui exercent leur action corrosive. Le régime consiste à donner des aliments basiques : des fruits et des légumes pour normaliser le terrain.

Les molécules anormales : Se sont la plupart du temps des protéines non adaptées à notre système digestif. Elles se déposent dans les articulations et font naître des réactions immunitaires, de l’inflammation, etc. Elles n’agissent pas directement comme les toxines. La cuisson peut engendrer de telles molécules. Le régime, d’une manière générale consiste à donner une alimentation non dénaturée, pas ou peu cuite et adaptée à notre organisme.

Les allergènes : Certains aliments font réagir le système immunitaire car ils ne sont pas adaptés à nos cellules. Ils provoquent la formation de complexes immuns qui se déposent dans les articulations, générant ainsi les rhumatismes. Revoir la fiche sur les aliments (allergènes) et le système immunitaire. Le régime consiste à détecter ces allergènes et à les éliminer.

L’immunodépression : Elle favorise les dégénérescences au niveau des articulations. Un régime complet (comme le régime vital) supplée à ce problème.

LE REGIME VITAL S’AVERE VALABLE DANS TOUS LES CAS DE RHUMATISMES.

LE REGIME DANS L’OSTEOPOROSE

L’ostéoporose se traduit par un affaiblissement des os qui ne se renouvellent plus correctement avec une trame osseuse qui se trouve fragilisée.

Elle atteint surtout les femmes ménoposées. Le manque d’oestrogène favorise le nombre des ostéoclastes (qui détruisent l’os) et celui de progestérone qui stimule la reconstruction de l’os.

Tout ce qui va à l’encontre de la force profonde favorise la faiblesse des régulations glandulaires sexuelles. En plus de cette affaiblissement en hormones génitales, on trouve huit facteurs à prendre en considération dans l’ostéoporose:

  • Les carences en calcium, magnésium et phosphore.
  • Les carences en vitamines D et C.
  • L’acidité du terrain.
  • Le tabagisme, l’alcoolisme et la caféine.
  • La sédentarité.
  • La maigreur.
  • Les carences en acides gras oméga 3
  • Les carences en protéines.

LE PERTES EN CALCIUM, PHOSPHORE ET MAGNESIUM

Le calcium est le minéral de l’os et de la régulation profonde du terrain. Il est aidé dans sa tache par le phosphore et le magnésium. Il faut donc avoir une alimentation riche en calcium assimilable. Les aliments qui empêchent l’assimilation du calcium sont: L’acide oxalique: oseille, rhubarbe, groseille, épinards, chocolat amer… L’acide phytique: son de blé et céréales.

LES CARENCES EN VITAMINES D et C

La vitamine D permet l’intégration du calcium, la vitamine C la favorise aussi.

L’ACIDITE DU TERRAIN

L’acidité profonde du terrain puise aussi ses minéraux basiques dans les os…

L’EXCES D’EXCITANTS

Ils perturbent le dynamisme du terrain et le métabolisme de l’os.

LA SEDENTARITE

Les os se renforcent avec l’action, la sédentarité affaiblit le métabolisme des os!

LA MAIGREUR

Elle s’associe avec la faiblesse osseuse.

LES CARENCES EN ACIDES GRAS QMEGA 3

Les acides gras oméga 3 luttent contre les processus inflammatoires qui jouent un rôle important dans la détérioration de l’os. Les enquêtes le prouvent.

LES CARENCES EN PROTEINES

Il est important de manger suffisamment de bonnes protéines pour favoriser le dynamisme profond de l’os.

Tenez-vous au courant de mes derniers articles

* indicates required