Le problème de la cuisson

La cuisson est un des grands problèmes de la diététique moderne pour deux grandes raisons : elle permet de manger n’importe quoi, sous n’importe quelle forme, et dénature (ou plus) les aliments. La cuisson est d’ autant plus dangereuse qu’elle est élevée et dure longtemps.


Les méfaits de la cuisson sont les suivants, elle :

  • Diminue l’énergie vitale.
  • Détruit les vitamines.
  • Détruit les minéraux et les oligo-éléments.
  • Rend les viandes inadaptées à notre appareil digestif et à nos cellules.
  • Rend les graisses saturées encore plus toxiques.
  • Fait naître de nouvelles molécules, parfois dangereuses.
  • Perturbe l’information contenue dans les protéines.
  • Affaiblit notre pouvoir digestif
  • Affaiblit notre système immunitaire.


« L’alimentation actuelle induit un stress digestif et immunologique énorme. Lors de la préparation et de la cuisson des aliments, les molécules se cassent, s’entrechoquent et s’accrochent au hasard, sous l’effet de l’agitation thermique, pour former de nouvelles combinaisons moléculaires parfois très complexes et qui n’existent pas dans la nature. » (Bruno Comby, Renforcez votre immunité — Les éditions de l’homme).

La cuisson des aliments est à l’origine : du diabète, de certains cancers, du vieillissement vasculaire et cérébral, de l’obésité, des maladies cardio-vascu-laires, de déséquilibres de la flore intestinale, de troubles de l’estomac, d’une diminution de la vitalité et d’un affaiblissement du système immunitaire.

La cuisson des aliments est dangereuse pour la santé.


Le problème des bonbons

Les sucres raffinés et les produits chimiques contenus dans les bonbons en font de véritables petites bombes à insuline et absorbent les précieux minéraux indispensables à la croissance de l’enfant ! Vu le nombre de bonbons qu’ils consomment, on peut être sûr que cela affecte toujours plus ou moins leur santé …

Il faut apprendre à nos enfants à ne pas se laisser glisser sur la pente douce et dangereuse des plaisirs sucrés.

Les pâtisseries

Elles sont délicieuses au goût et désastreuses pour la santé. Elles contiennent de la chimie, de la cuisson, du sucre blanc raffiné et des graisses saturées. En un mot tout ce qu’il ne faut pas !

Les pâtisseries sont des douceurs dangereuses …

Par contre, les tartes ou les gâteaux cuisinés avec de la farine biologique complète et des fruits de qualité peuvent représenter un bon compromis, de temps en temps.

Il faudrait apprendre aux enfants la valeur des choses naturelles.

Les calories vides

Elles apportent de l’énergie, mais aucun nutriment. Elles affaiblissent donc la biochimie intérieure par excès d’énergie inutile. Par ailleurs, cette énergie dégagée par ces calories vides nécessite la présence de vitamine B pour être métabolisée.

Les aliments qui contiennent des calories vides sont notamment :

l’alcool,

les sucres purs (chimiques),

les bonbons,

certaines boissons sucrées et confitures du commerce

et les sirops chimiques.

Tous ces aliments, consommés en excès affaiblissent la vitalité profonde, inhibent la digestion et peuvent engendrer des carences en vitamines B.

Le problème de l’anorexie

C’est une névrose pouvant entraîner un état de cachexie.

Il s’agit donc d’une maladie mentale concernant la psychiatrie. Elle ne doit pas être confondue avec le refus inconscient de prendre du poids comme c’est le cas des jeunes filles qui veulent devenir des mannequins ; problème préoccupant à l’heure actuelle.

Le goût

Le goût est quelque chose d’important physiologiquement car il est lié a notre instinct. L’odeur et le goût sont liés à des mécanismes de régulation en rapport avec notre cerveau archaïque (le plus ancien).

Quand l’organisme retrouve son ordre naturel intérieur, le vrai goût revient naturellement, de lui-même.

L’industrialisation de la nourriture nous a éloigné du goût véritable des aliments au profit de quelque chose de complètement artificiel et factice. L’excès de sensations gustatives que procurent ces aliments anti-naturels est en rapport avec leur dangerosité pour notre santé.

Tout ce qui est trop compliqué éloigne l’homme de l’ordre naturel…

Retrouver le goût des aliments est une grande satisfaction car il est lié avec le véritable plaisir de manger. Il s’agit de quelque chose de naturel et profond qui s’associe avec le bien-être.

Nous retrouvons toujours la même dichotomie entre le désir artificiel qui éloigne l’homme de ses besoins profonds et le bien-être apporté par le respect de notre nature profonde. C’est en se coupant des besoins biologiques profonds que le désir devient dangereux.

Désir –> Plaisir –> Aliments trafiqués.

Besoins réels > Bien être > Aliments non dénaturés et adaptés.

La vraie faim

La vraie faim correspond à nos besoins profonds, elle est aux antipodes de l’appétit engendré par les mauvaises habitudes, les excitants et des désirs artificiels. Elle correspond au goût véritable des aliments.

Psychologiquement, l’homme mange pour se faire plaisir et se sentir vivre en même temps. La nourriture est identifiée à n’importe quel autre moyen extérieur de se faire plaisir !

Seulement, il s’enracine dans notre corps, ce qui change beaucoup de choses. En mettant le corps au centre de son plaisir, on le considère comme un objet extérieur à soi ! Et c’est là que se trouve le problème, car en faisant cela, on s’éloigne de soi-même. La naturopathie nous apprend donc à travers le respect de la vie d’être proche de soi de manière authentique et vraie…
Encore une fois, l’éducation est essentielle pour nous apprendre à respecter notre corps et à le ressentir pour ce qu’il est vraiment. La santé est une chose extrêmement sérieuse qui doit impliquer l’individu entier.

Les valeurs sont là pour orienter l’esprit et intégrer ses désirs. La vraie faim est le signal qui montre qu’on est à l’écoute de ses besoins véritables.

Le problème de la modernité

L’agriculture industrielle a affaibli les aliments et l’industrie les a raffiné et trafiqué pour finir.

Le problème des aliments et de la maladie :

Une mauvaise alimentation peut rendre malade, mais elle est la plupart du temps associée à l’affaiblissement du pouvoir digestif, à la diathèse et au tempérament perturbé. L’équation de la maladie est :


ALIMENTATION – POUVOIR. DIGESTIF
DIATHESE – TEMPERAMENT

Le problème des médecins et des pharmacies

Ils sont extrêmement compétents et efficaces dans leur domaine, mais ils ne connaissent pas les lois de la vie saine, l’importance du psychisme, la diététique physiologique, le pouvoir des nutriments et les capacités de l’intelligence vitale !

La médecine et la santé naturelle sont complémentaires.

Le problème de la naturopathie

C’est qu’il faut prendre le temps de se soigner et y mette les moyens adaptés pour arriver à des résultats satisfaisants. Mais le problème de l’homme moderne c’est qu’il est toujours pressé !

Le problème de la conscience :

L’homme appartient à l’ordre naturel, et sa sensibilité correspond à l’intelligence vitale. Il y a donc unité entre l’instinct et l’intelligence vitale. Par ordre naturel, il faut entendre le milieu naturel avec ses rythmes justes et le respect de l’hérédité. Ainsi plus l’homme s’élève dans la conscience, plus il libère son énergie et plus son alimentation doit être pure !

Tenez-vous au courant de mes derniers articles

* indicates required